Les 3emes 2 et 3emes 4 ont visité, le 24 janvier 2019, le Musée de la Résistance et de la Déportation situé sur l’esplanade Charles de Gaulle à Lorris.

Avant le départ, notre professeur nous a expliqué que le Loiret a été un lieu de Résistance et d’implantation de trois camps d’internement à Pithiviers, Beaune-la-Rolande et Jargeau. Ils ont reçu, en transit vers les camps de la mort, environ 10 000 juifs dont au moins 400 enfants qui n’avaient pas 15 ans. Déportés, ils périrent dans les camps d’extermination nazis. Le Loiret a compté aussi près d’un millier de déportés-résistants, victimes de la Gestapo et de la Milice.

Au musée, nous avons traversé assez rapidement le couloir du temps qui présente la chronologie des événements : nous avons été impressionnés par la reconstitution de la scène d’Exode vécue en mai 1940 par une famille de Malesherbes. Puis, nous avons découvert différentes salles présentant la vie quotidienne (ersatz, ravitaillement…), la propagande de Vichy et la Résistance Nous avons découvert la vie des résistants dans les maquis du Loiret, leurs actions (sabotage, espionnage, évasion, impression de tracts et journaux clandestins) et les dangers rencontrés (massacre de maquisards au carrefour d’Orléans dans la forêt de Lorris, en août 1944).

La salle qui nous a le plus marqués, c’est celle de la Déportation qui présente l’extermination des juifs et nous avons été choqué par les chaussons réalisés avec les cheveux des déportés.
Nous avons aussi été impressionnés par l’exposition de vraies armes et des produits de substitution fabriqués par les Français pendant la guerre : chaussures avec des semelles de bois articulées, robe de mariée en toile de parachute, savon et rouge à lèvres à la graisse de cochon…

L’emblème du maquis de Lorris était le sanglier et leur message codé à la BBC annonçant un parachutage d’armes était “les sangliers sortent du bois”.

Nolan D, Lucas V et Océane D